Neuvy-sur-Barangeon Aux portes de la Sologne

logo du site
  • Neuvy-sur-Barangeon
  • Neuvy-sur-Barangeon
  • Neuvy-sur-Barangeon
  • Neuvy-sur-Barangeon
  • Neuvy-sur-Barangeon
  • Neuvy-sur-Barangeon
  • Neuvy-sur-Barangeon
  • Neuvy-sur-Barangeon
  • Neuvy-sur-Barangeon
  • Neuvy-sur-Barangeon
  • Neuvy-sur-Barangeon
  • Neuvy-sur-Barangeon
  • Neuvy-sur-Barangeon
  • Neuvy-sur-Barangeon
  • Neuvy-sur-Barangeon
  • Neuvy-sur-Barangeon
  • Neuvy-sur-Barangeon
  • Neuvy-sur-Barangeon

Accueil du site > Gendarmerie > Violences conjugales

Violences conjugales

EN CAS DE VIOLENCES : BRISEZ LE SILENCE

Votre (ex) conjoint, concubin ou partenaire vous fait subir des violences. Ces violences peuvent être : Physiques : coups, blessures Sexuelles : viols, agression

Vous subissez des violences au sein du couple... … votre situation n’est pas unique.

Ces violences qui vous bouleversent sont devenues habituelles. Vous endurez des insultes répétées, des humiliations, des pressions psychologiques, des agressions physiques ou sexuelles. La violences a augmenté avec le temps. Vous connaissez la peur, les menaces, le sentiment de danger pour vous même et pour vos enfants. Vous n’avez plus de liens avec votre entourage (famille, amis, collègues, voisins). Vous n’osez pas vous confier. Vous n’avez plus confiance en vous. Vous vous sentez coupable, responsable de l’échec de votre couple et de votre vie de famille, sans autonomie, peut être sans moyens financiers.

Vous avez des droits à défendre. Il s’agit d’un crime ou d’un délit. Vous avez des droits, quelle que soit votre situation : mariage, concubinage ou pacte civil de solidarité... Si vous envisagez des poursuites judiciaires, vous devez porter plainte au commissariat de Police ou à la Brigade de gendarmerie ou, par écrit auprès du procureur de la république. Il est de votre intérêt de faire constater au plus vite, par un médecin, les violences dont vous avez été victime, mais l’absence de certificat médical n’empêche pas de porter plainte.

Le certificat médical : Pour quoi faire : Pour décrire les traces de coups et les traumatismes subis. Pour préciser une éventuelle Incapacité Totale de Travail (ITT), que vous exerciez ou non un emploi. Le délit est constitué, même sans ITT.

Qui le délivre : le médecin généraliste. Le service des urgences de l’hôpital le plus proche. Les Unité Médico-Judiciaire (UMJ) sur réquisition d’un Officier de Police Judiciaire.

Le certificat médical est souhaitable pour attester des violences que vous avez subies mais il ne constitue pas un préalable obligatoire à la plainte.

Que faire ? En parler : A la Police ou la Gendarmerie. A un médecin. A un travailleur social. A une association. A un avocat, famille, ami... Si vous quittez le domicile conjugal :

Que vous soyez marié ou non, vous avez le droit de vous réfugier chez des amis, dans votre famille, dans un foyer ou un hôtel, et d’emmener vos enfants, même mineurs, avec vous.

N’oubliez pas d’emporter : Une somme d’argent. Du linge. Des adresses ou numéros de téléphone utiles. Des documents importants (carte d’identité, livret de famille, carnet de santé des enfants, carte vitale, copies de jugement, étc...)

Paroles de femmes :

« Il me dit que je suis folle... » « Il est tellement gentil, personne ne peut me croire... » « J’ai honte, jamais je ne pourrais le dire à ma famille... » « C’est lui qui voulait un enfant, mais il ne supporte pas les cris du bébé. J’ai peur pour mes enfants... » « Je suis vidée, je n’en peux plus, je voudrais que ça s’arrête... »

Quelques numéros utiles :

Police ou Gendarmerie : 17

SAMU : 15

A partir d’un portable : 112

Relais SAVIM Bourges : 02 48 65 66 24

Violences conjugales – femmes Infos – service : 01 40 33 80 60 (du lundi au samedi de 07h30 à 23h30, les jours fériés de 10h00 à 20h00).

SOS viols femmes informations : 0800 05 95 95 (numéro vert)



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF